Contact :Mudaka 20km de Bukavu Route vers l'aéroport Sud Kivu RD-CONGO Tél: +243 815604990 E-mail: actiondespoir@actiondespoir.org

Email :

CPanel :

Nos Projets

1.Titre du projet : Assistance en Articles ménagers essentiels aux populations déplacées et familles d'accueil dans les territoires de Fizi et Shabunda au Sud-Kivu, et Kabambare au Maniema.

Résumé du projet : Ce projet voudrait contribuer à l’amélioration immédiate des conditions de vie de 63 000 personnes affectées par les crises, et en priorité les plus vulnérables dans les hot spots prioritaires validés par l’équipe humanitaire pays en mi-aout 2017, dont les territoires de Fizi et Shabunda au Sud-Kivu, et Kabambare au Maniema. Il est destiné à apporter une assistance en articles ménagers essentiels aux ménages déplacés et d’accueil des territoires de Fizi et Shabunda au Sud-Kivu, et Kabambare au Maniema. L’assistance est prévue en deux grands volets : 1) la distribution directe à 8000 ménages sur les axes Lulimba-Nyange-Butale dans le territoire de Fizi et à Kabambare dans le territoire du Maniema ; 2) l’organisation d’une foire aux AME en faveur de 2500 ménages déplacées et familles d'accueil sur l’axe Byangama-Kisuku dans le territoire de Shabunda au Sud-Kivu. L’effet attendu du projet est de réduire le score card en AME au moins à 1, et améliorer le niveau de satisfaction des ménages bénéficiaires des territoires précités. Les activités clés à réaliser dans ce projet sont notamment la sensibilisation des parties prenantes sur toutes les phases de mise en œuvre, notamment le ciblage des bénéficiaires, l’achat et l’acheminement des kits, la distribution proprement dite des kits AME, les consultations avec les commerçants, l’organisation de la foire et enfin le suivi des activités et l’évaluation. La durée du projet est de six mois, et va du 01 décembre 2017 au 31 mai 2018.
Nombre des bénéficiaires indirects : 63 000 personnes sont bénéficiaires indirects de ce projet en considérant une moyenne de 6 personnes par ménage, hors mis les bénéficiaires directs (10 500) qui sont déjà mentionnés parmi les bénéficiaires directs.
Nombre des bénéficiaires directs :10 500 ménages.
Catégorie des bénéficiaires :ménages déplacés et d'accueil.



2.Titre du projet :LE PROJET « KUKU NA MAYAYI » (FERME AVICOLE).

Résumé du projet : En collaboration avec l’INERA-Mulungu et dans le cadre de la recherche action participative, l’ONG ACTION D’ESPOIR a installé une ferme avicole dans le groupement de Miti, au sein de la ferme de l’INERA Mulungu.
Ce projet vise également à : (1) contribuer à la disponibilité des produits d’origine avicole dans la ville de Bukavu et ses environs. (2) générer des revenus à ADE par la vente des œufs, des poulets de chair à la première ainsi que les poules pondeuses réformées et entreprendre des micro-projets sociaux allant dans le sens des objectifs de ADE en tenant compte du volume des profits accumulés ; (3) créer de l’emploi aux personnes désœuvrées dans le milieu rural ; (4) faciliter l’accès aux protéines d’origine animale par la consommation des produits avicoles et enfin;(5) promouvoir la production agricole des petits agriculteurs à travers des actions participatives de développement à la base, en les accompagnant dans la structuration en groupes solidaires de production et d’écoulement des produits agricoles (GSPEPA), spécialement pour les filières maïs et soja dans les sous/villages, villages et groupements du territoire de Kabare.



3.Titre du projet : Projet de renforcement des capacités de la société civile pour l’accès aux soins de santé des populations rurales de la zone de sante de Miti-Murhesa en territoire de Kabare, province du Sud-Kivu, en RDC.

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET : Dans la partie Est de la RDC, les institutions sociales et sanitaires, ainsi que les différentes composantes de la société civile locales devant canaliser l’accès facile des populations aux soins de santé de qualité ont été significativement affectées par plusieurs années des conflits et une mauvaise gouvernance connue dans le pays. Les structures de santé sont sous-équipées et manquent du personnel comptent, ce qui affecte significativement la qualité des services offerts aux populations surtout en milieu rural. Sur le plan de la gouvernance des structures de santé, l’implication des leaders communautaires locaux, les relais communautaires, les comités de santé et de développement, les chefs locaux, etc. est quasi-inexistante. Ces derniers ne sont ni informés, ni techniquement outillés sur les rôles qu'ils doivent jouer dans la mobilisation des populations à s’approcher des structures de santé afin de recevoir des soins de qualité. Il faut donc faire renaitre la confiance entre les membres de la communauté, le personnel de santé et d’autres parties prenantes. Pour y arriver un travail de fond devra se faire sur la transparence dans la gestion des structures de santé et la mise en œuvre des initiatives orientées vers les populations des différentes aires de santé, en faisant participer les leaders communautaires locaux, les relais communautaires, les comités de santé et de développement, les chefs locaux, etc., à tous les processus décisionnels et considérer véritablement leurs rôles dans la mobilisation des populations. Il va donc s’agir de rendre en amont plus efficace les rapports entre les différentes parties prenantes intervenant dans le domaine de la santé au niveau local et en aval renforcer la mobilisation communautaire en vue de l’accès facile des populations aux soins de santé. Il sera question de faire renaitre la confiance entre les différents acteurs membres de la société civile, les leaders communautaires, les membres des comités de santé et de développement etc., et les amener à entreprendre collectivement des actions de sensibilisation et de mobilisation des populations, à développer la culture de la bonne santé en approchant les structures de santé en cas des maladies. Ce travail de renforcement des capacités de la société civile et de toutes les parties prenantes appelées à faciliter l’accès des populations aux soins de santé de qualité au niveau local va concerner la zone de santé de Miti-Murhesa qui comprend 18 aires de santé: Kalwa, Cifuma, Murhesa, Saint Pie X, Mulungu, Kajeje, Cibumbiro, Bushumba, Muganzo, Itara, Kashusha, Combo, Kavumu, Mushungurhi, Mbayo, Buhandahanda, Lwiro et Kahungu.
2.IMPACT ET EFFETS DU PROJET

2.1 Son impact Ce projet va contribuer à l’amélioration de l’accès aux soins de santé des populations et au renforcement des capacités des parties prenantes axées sur le droit à la santé dans la zone de santé de Miti-Murhesa.
2.2 Description des effets du projet Effet 1 : Améliorer l’accès de la communauté aux soins de santéLe projet vise à améliorer l’accès aux soins de santé de la majorité de la population. Pour y parvenir, ADE procédera par des sensibilisations continues des populations sur leur adhésion aux mutuelles de santé, leur contribution raisonnable aux soins de santé et leurs rapports avec les structures de santé au niveau local. Des cadres de dialogues entre la population et les structures de santé seront privilégiés à travers les comités de gestion, les comités de santé et les relais communautaires afin que chaque partie puisse connaitre ses droits et ses devoirs. Ces cadres de concertation permettront ensuite aux parties prenantes de s’engager à la vision commune d’accès aux soins de santé.
Effet 2 : Renforcer les capacités des parties prenantes axées sur le droit à la santé Action d’Espoir va mobiliser les chefs locaux, les structures médicales, leaders communautaires, membres de la société civile, membres des comités de santé, relais communautaires à prendre conscience de la nécessité de créer et maintenir une réelle démocratie à la base permettant d’instaurer des conditions favorables de paix, de solidarité, de confiance et d’accès aux services essentiels des soins de santé.
3. RODUITS DU PROJET
Produit 1. 18 cadres permanents de concertation pour la promotion de l’accès aux soins de santé existent et sont opérationnels.
Produit 2. 576 membres des cadres permanents (relais communautaires, leaders communautaires, chefs locaux, membres de la société civile, membres des comités de santé, personnel de santé) sont formés et conscientisé sur la nécessité de créer et maintenir une réelle démocratie à la base axée sur le droit à la santé.
4. BÉNÉFICIAIRES DU PROJET
4.1 Bénéficiaires directs Le présent projet touchera directement 576 membres de la société civile dans la zone de santé de Miti-Murhesa. Tous ces acteurs seront impliqués dans une dynamique d'interactions continues sous la facilitation d’Action d’Espoir. Les 576 bénéficiaires seront tirés de la communauté selon un quota de 32 personnes par aire santé.
4.2 Bénéficiaires indirects Le projet touche indirectement toute la population de la zone de santé de Miti-Murhesa estimée à 30 774 ménages, soit 184 645 personnes, en considérant une moyenne de 6 personnes par ménage. Les femmes et les jeunes seront les plus bénéficiaires compte tenu de leur degré de vulnérabilité par rapport aux hommes. Ils sont respectivement estimés à 42 855 femmes et 107 417 jeunes et enfants de moins de 5 ans.
5. VOLETS ET ACTIVITÉS DU PROJETLe projet s’exécute à travers deux volets : (1) organiser des entretiens permanents avec les membres de la communauté pour les stimuler à s’orienter vers les structures médicales accessibles et qui offrent les soins de qualité ; (2) accompagner les membres des comités de santé, d’animation communautaire, mutuelles de santé, différents leaders communautaires, et les structures médicales dans le renforcement de leur collaboration ainsi que leur engagement.





Nos vision, mandat et mission

Toute action est portée par cette triple attention vers des individus, survivants des diverses atrocités à travers lesquels l’action pénètre dans les familles (ménages) étant ceux‐ci le lieu où se joue essentiellement la vie de la personne, pour enfin rayonner sur la communauté et l’environnement.

Le Mandat est de contribuer à la restauration des forces socio-communautaires et économiques des personnes survivantes des crises diverses, partout où Action d'Espoir conduit ses activités, voilà notre mandat. Dans ce cadre nous adhérons au Code de Conduite du Mouvement International de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et des ONG pour les opérations de secours en cas de catastrophe.

La mission d’ACTION D’ESPOIR est d’apporter une assistance humanitaire d’urgence en cas de calamités, un renforcement du capital social et du savoir paysan dans l’objectif de soulager les victimes les plus vulnérables et leur permettre de rejoindre une phase de stabilité.