Contact :Mudaka 20km de Bukavu Route vers l'aéroport Sud Kivu RD-CONGO Tél: +243 815604990 E-mail: actiondespoir@actiondespoir.org

Organisation des échanges en réhabilitaion des forces vitales des femmes à Buzi et M’Binga Nord :

1000 femmes (300 de la phase pilote et 700 pour la phase d’extension) ont été identifiées de manière participative au sein de la communauté, enrôlées et structurées en groupes interactifs de 25 femmes chacun. Quatre foyers d’échanges communautaires ont été érigés dont deux dans la zone pilote du projet (Kahanga et Chebumba) et deux autres dans la zone d’extension du projet (Karango et Kitambi) sur des espaces offerts par la communauté. 1.751 séances d’échanges en réhabilitation des forces vitales des femmes ont été réalisées avec une réalisation de 41.222 présences sur 50.000 attendues. Le taux moyen de participation a atteint 82 % dans tous les sites du projet (Kahanga, Chebumba, Karango et Kitambi). Les femmes sont les premières à se réjouir des acquis des réunions interactives à travers lesquelles elles ont un espace de libre expression, où elles échangent sur leur situation, dans leur environnement vital. Les éloges et témoignages ne tarissent point autour des femmes et leur environnement qui vit au quotidien les changements issus du projet.



Nos vision, mandat et mission

Toute action est portée par cette triple attention vers des individus, survivants des diverses atrocités à travers lesquels l’action pénètre dans les familles (ménages) étant ceux‐ci le lieu où se joue essentiellement la vie de la personne, pour enfin rayonner sur la communauté et l’environnement.

Le Mandat est de contribuer à la restauration des forces socio-communautaires et économiques des personnes survivantes des crises diverses, partout où Action d'Espoir conduit ses activités, voilà notre mandat. Dans ce cadre nous adhérons au Code de Conduite du Mouvement International de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et des ONG pour les opérations de secours en cas de catastrophe.

La mission d’ACTION D’ESPOIR est d’apporter une assistance humanitaire d’urgence en cas de calamités, un renforcement du capital social et du savoir paysan dans l’objectif de soulager les victimes les plus vulnérables et leur permettre de rejoindre une phase de stabilité.